Coaching sportif personnalisé
Citation du jour

Si tu te décourages, souviens-toi pourquoi tu as commencé.

Mes projets… Une pubalgie

pubalgieQuelques semaines avant l’Ironman de Louisville j’ai ressenti une tension au niveau des abdominaux. Ce que je croyais être une contracture au départ puisque ça passait facilement avec un massage plus ou moins appuyé. Au fil des entraînements j’ai pu constater que c’était plus qu’une simple contracture puisque dès le matin c’était douloureux. Malheureusement, à l’approche de l’Ironman, je ne pouvais pas me mettre au repos. J’ai donc réalisé cette compétition avec une gêne qui était amplement supportable surtout compte tenu de l’intensité que demande un triathlon de ce type de format.

Sur le Run and Bike d’Ozoir-la-Ferrière, c’est une autre histoire. Sur ce type d’épreuve il y a de l’intensité et les changements de position (tantôt à pied, tantôt sur le VTT) sollicitent beaucoup les abdominaux et les adducteurs. C’est surtout sur cette compétition que je me suis réellement fait mal. Mais qu’est-ce que j’ai ?

Diagnostics

Est-ce une déchirure, une tendinite ou une hernie ?

Je consulte, je passe une radio mais tout va bien. Je vois un spécialiste des viscères et tout va bien, pas de hernie. Il ne reste que la tendinite et, à cet endroit, on nomme cela une pubalgie.

Toutefois, la douleur change d’endroit. Parfois je la localise au niveau du ligament inguinal. De temps en temps je la ressens proche du psoas et enfin, quelques fois, près du pubis. Je passe une IRM pour confirmer les deux précédents diagnostics et pour valider si c’est bien une pubalgie.

Bilan

C’est bien une pubalgie persistante en phase congestive (en phase de guérison). C’est donc minimum 3 mois (mais ça peut aller jusqu’à 6 mois voire plus) où je dois réduire le sport et adapter mes séances pour favoriser la cicatrisation et le renforcement. Ceci vous explique pourquoi vous ne me voyez plus faire de compétitions en ce moment et pourquoi je ne prévois pas d’en faire dans un avenir proche. Mon principal objectif est de me soigner au mieux.

Pas inactif

Comme vous le savez peut-être, cela ne m’empêche pas d’être actif. Je pratique la natation, du vélo, du VTT, des assouplissements et de la musculation. Mais surtout cela m’a donné un peu  plus de temps pour créer un club pour des athlètes qui recherchent une association sportive sans structure. Donc je suis moins actif sportivement parlant mais toujours à fond dans le sport avec la création d’un club et le développement du coaching.

  • Reprise – Laissez-vous tenter par Marrakech ! 10 juillet 2020
    Après la période de crise sanitaire inédite, les épreuves devraient s’enchaîner (toujours en respectant les contraintes sanitaires). Entre les épreuves initialement prévues, les épreuves reportées, et les envies de bouger après être resté confinés, quelques perspectives s’offrent aux athlètes en mal de compétition.Si pour courir l’EmbrunMan, le triathlon du Lévézou , le triathlong de Royan (12 […]
  • Le triathlon de Gérardmer maintenu les 5 et 6 septembre 8 juillet 2020
    Les voyants sont au vert pour la 33e édition du Triathlon de Gérardmer, selon les organisateurs. Après un épisode épidémique sans précédent, le Triathlon vosgien fait le plein et 4600 concurrents se dépasseront lors d’un week-end festif au coeur de la nature vosgienne, les 5 et 6 septembre prochains. Les formats sont ouverts à tous, à l’exception […]
  • La Pontoise… en trio 26 juin 2020
    Course nocturne nature de 6 ou 13 km par équipe de 3, départ toutes les 15 secondes contre la montre, ambiance inédite à chaque édition. Limité à 175 équipes pour votre confort. L’article La Pontoise… en trio est apparu en premier sur Zatopek Magazine.