Lunettes ActiveLook Engo par Microoled

Présentation des lunettes ActiveLook Engo par Microoled

activelookDepuis le mois de mars 2020 j’ai rejoint l’équipe bêta testeurs des lunettes ActiveLook Engo. Celles-ci permettent l’affichage des données de votre activité sportive directement dans le champ de vison de votre œil droit sans perturber votre orientation. C’est un affichage tête haute qui permet de rester concentré sur son effort en toute sécurité (plus besoin de regarder son compteur ou sa montre).

Pourquoi avoir rejoint l’équipe bêta testeurs ?

  1. Tout d’abord c’est un produit made in France ;
  2. Je suis curieux de tester cette nouvelle technologie ;
  3. Ces lunettes vont très certainement pouvoir m’aider durant mes entraînements et quelques compétitions ;
  4. Ma sécurité ;
  5. Si vous aimez les films comme Terminator ou IronMan, c’est plutôt sympa d’avoir ce type d’affichage juste devant vos yeux. Le Geek sportif a parlé ;
  6. Enfin, être bêta testeur ne signifie pas que je suis sponsorisé. Ainsi je peux dire ce que je veux dans la mesure où cela contribue à faire évoluer le produit. Donc je ne dirai pas que c’est super si ce n’est pas le cas.

Anatomie d’une paire de lunettes

Afin que nous parlions tous le même langage, voici l’anatomie d’une paire de lunettes :

anatomie lunettes

Packaging des lunettes ActivLook

packaging engo

Les lunettes arrivent dans un carton dans lequel on trouve un étui avec à l’intérieur :

  • Un chiffon de nettoyage ;
  • Un étui souple de transport ;
  • Un cordon réglable pour un meilleur maintien des lunettes sur la tête ;
  • Un cordon de recharge ;
  • 3 barrettes de nettoyage pour la lentille de projection.

Dans la version finale il y a aura également un guide de démarrage rapide qui explique très bien comment prendre en main les ENGO sans difficulté. Une fois les lunettes entre les mains, vous pouvez les allumer.

Caractéristiques des lunettes ENGO

Le poids et le confort

La première fois que j’ai sorti les lunettes ENGO de leur boîte je me suis dit :

« C’est gros, est-ce que ça va être confortable sur le nez ? »

En effet, elles affichent 41,96 grammes sur la balance.

poids engo

Contrairement à mes lunettes habituelles qui sont à 29,88 grammes je me pose des questions…

poids lunettes

Pour le confort, il y a la possibilité de réaliser plusieurs manipulations pour optimiser la positions des lunettes. On peut régler l’écartement des plaquettes et des branches mais également leur hauteur.

Indice de protection

L’indice de protection est IP54, autrement dit les lunettes sont résistantes contre les poussières et autres résidus microscopiques ainsi que contre les projections d’eau provenant de toutes directions. Dans la mesure où le port microUSB, permettant la recharge, ne possède aucune protection, j’avoue avoir peur de les utiliser par temps de pluie.

Autonomie

L’autonomie est annoncée entre 12 et 15 heures et très franchement cela convient largement pour la plupart des entraînements. La recharge complète de 0% à 100% est prévue sur une durée de 2 heures.

Champ de vision

Là encore j’ai eu un peu peur en voyant le pont des lunettes.

affichage engo

Alors je me doute bien qu’il faut un minimum de place pour réaliser la projection des données, mais ma première impression fut celle-ci.

Connexion bluetooth

La caractéristique de connexion annoncée est amplement suffisante puisque ça peut aller jusqu’à 10 mètres. Donc à moins de mettre votre compteur sur le vélo de quelqu’un d’autre pour choper un KOM ou d’avoir un bras très long, je pense que ça devrait bien se passer.

Les verres

Les verres sont photochromiques de catégorie 1 à 3. Ils seront donc toujours légèrement teintés et lorsqu’il y aura beaucoup de soleil, ils n’arrêteront que 85% de la lumière.

Applications et compatibilités avec ActiveLook

Actuellement les ENGO sont compatibles Garmin, iOS et Androïd mais il y a fort à parier que dans un futur très proche elles seront compatibles Polar, Suunto et toutes marques et applications du marché de façon à pouvoir satisfaire le plus grand nombre d’utilisateurs.

Andoïd et iOS

Je suis sur Androïd, donc mon expérience se limite à l’application spécifique que vous trouverez sur Google Play Store.

L’application ActiveLook Sport Glasses (bêta) (Androïd ou iOS) est nécessaire pour effectuer les réglages des lunettes, comme par exemple :

Si vous utilisez votre téléphone pour vous entraîner, cette application sera encore plus utile puisque vous pourrez :

  • Paramétrer les capteurs d’activités comme une ceinture cardiaque, un capteur de puissance, un capteur de vitesse, un home trainer, etc. ;
  • Régler la taille des roues de votre vélo, bien que les choix disponibles soient très limités ;
  • Choisir le lissage de la puissance (si vous utilisez un capteur de puissance) ;
  • Paramétrer la langue, les unités de mesures, consulter le guide de démarrage et envoyer un rapport de bug.

Une fois vos lunettes connectées au téléphone, vous pouvez lancer une activité de course, de vélo ou de multisport.

Là encore, vous pouvez paramétrer les écrans d’affichages (que vous pouvez slider via un passage de la main devant les lunettes). De 1 à 6 données par écran d’affichage qui en compte maximum 5. Vous pouvez donc avoir un total de 30 données.

Garmin

Il faut également préciser qu’elles sont certes compatibles Garmin mais pas avec tous les appareils. Donc selon le widget « Data field » ou « Device App » que vous allez choisir, la liste des compatibilités change.

Si vous vous connectez au STORE de connect IQ via votre compte Garmin Express, vous serrez vite fixé puisque seul les widgets compatibles s’affichent. Donc si vous ne trouvez pas les applications « ActiveLook » c’est que vous ne possédez pas l’appareil compatible.

Si vous allez sur la page STORE de connect IQ sans passer par votre compte, vous trouverez bien sûr les widgets et vous pourrez peut-être même les installer, mais ça ne fonctionnera pas.

Bilan d’utilisation des ENGO

Le poids des lunettes

Avec une différence de poids de 12,08 grammes, je me suis inquiété pour rien. D’ailleurs l’inconfort n’est pas apparu sur le nez, mais sur les oreilles. C’est encore plus étrange puisque la majorité du poids est réparti sur l’avant des lunettes.

En ce qui me concerne, l’inconfort arrive au bout de 2h30 d’utilisation. Je trouve les branches un peu trop courtes et le contact avec ma peau n’est pas agréable. La solution que j’ai trouvé pour le moment est de placer mon bonnet anti-transpiration entre ma tête et les branches des ENGO. Dans cette configuration, plus de problème.

Indice de protection

Malgré mes hésitations pour l’utiliser sous la pluie, je n’ai pas toujours eu le choix. Lorsque vous êtes surpris par le mauvais temps il faut bien faire avec. Le bilan a été positif puisque les lunettes n’ont pas souffert des intempéries de type orage. Toutefois pour me rassurer, un indice plus élevé serait le bienvenu. Et concernant la sueur il n’y a aucun problème, ça résiste bien.

Autonomie

Après plusieurs heures d’utilisation, je confirme cette autonomie puisqu’en moyenne on perd plus ou moins 4,5% de batterie par heure.

Je n’ai pas assez de recul pour vous dire si la durée de vie de la batterie permettra cette autonomie longtemps, mais pour le moment ça tient. Bien évidemment, sur un ultra trail, un Ironman ou tout autre sport d’endurance de longue durée, c’est sans doute un peu limite (pour la majorité d’entre nous). Toutefois, cela est amplement suffisant pour une grande majorité des cas d’utilisation.

Champ de vision

Ma première impression ne fut pas la bonne puisque le pont et les plaquettes au milieu ne gênent absolument pas le champ de vision. De même que l’affichage se fait vite oublier si vous décidez de rester concentré sur votre orientation.

Il n’y a aucun risque pour vos yeux puisque c’est une projection sur les verres semi-réfléchissants et non directement sur votre œil.

En ce qui me concerne le problème vient plutôt du cercle des lunettes qui est en forme de demi-lune haute.

demi lune haut

J’utilise principalement des lunettes avec une forme de demi-lune en bas pour éviter les angles mort sur le vélo ou le VTT.

demi lune bas

Les verres

Personnellement j’adore les verres photochromiques, toutefois vous connaissez peut-être les quelques inconvénients comme par exemple :

  • Le temps de réaction de changement de teinte n’est pas instantané ;
  • En voiture ça ne fonctionne pas bien ;
  • Sous des températures très froides ou très chaude, la capacité de teinte est altérée.

Donc tenez ces informations en considération lorsque vous partez vous entraîner sinon vous risquez d’être déçu.

Utilisation d’ENGO avec les applications

Androïd et ENGO

Pour que l’application fonctionne correctement elle doit rester allumée en permanence. Donc niveau consommation ce n’est pas génial puisque la batterie se décharge beaucoup trop vite. Si jamais je quitte l’application pour faire autre chose (prendre un selfie, utiliser le téléphone…) les données se figent dans les lunettes comme si la connexion était perdue. Cela se confirme lorsque je compare une activité durant laquelle j’ai gardé l’écran allumé avec l’application active et une autre activité où j’ai lancé l’application avec l’écran en veille. Le tracé entre ces deux activités sera totalement différent. Dans le premier cas, le tracé sera bon. Tandis que dans le second cas, il y aura des vides ou de grandes lignes droites reliant deux positions qui auront été miraculeusement captées.

En plus de cela, le rafraîchissement de la position et des données n’est pas aussi fiable que sur Garmin. Sur ce dernier je demande un rafraîchissement toutes les secondes. Sur l’application ActiveLook on ne peut pas spécifier cette option ; de toute évidence il ne se fait pas toutes les secondes puisque l’affichage des données d’allure ou de vitesse fluctue beaucoup trop alors que mon allure reste à peu près constante. En effet je pouvais le vérifier en comparant les données via celles de Garmin.

Device App de Garmin et ENGO

Une application de type Device sur Garmin signifie que celle-ci va remplacer tous les écrans d’affichage dont vous avez l’habitude. C’est un peu comme si ce n’était plus un compteur Garmin mais un compteur ActiveLook avec son système de paramétrage et d’affichage.

Pour l’avoir testé ça fonctionne très bien, je n’ai absolument rien à dire sur ce point. Ce qui me dérange le plus c’est que tout un tas de données disparaissent, ce qui rend un Edge 830, par exemple, totalement inintéressant dans l’investissement. On perd également la navigation et tout un lot de données sur la puissance entre autres. Bref, ça ne me convient pas d’avoir un outil aussi performant pour finalement me retrouver avec un compteur basique.

Le point positif est que ça fonctionne très bien et les développeurs pourront s’appuyer sur ces algorithmes pour l’améliorer en ajoutant toutes ces données, toutefois je ne suis pas certain qu’une « Device App » puisse accepter d’autres « data fields » surtout ceux qui améliorent le rendu de l’affichage des données.

Le data field Garmin et ENGO

C’est pour moi la meilleure solution, mais ça reste mon avis. Le Data field permet d’inclure la connexion des lunettes sur votre compteur ou montre Garmin (voir les modèles compatibles) en affichant vos données préférées. Et en plus, vous pouvez afficher des données que vous souhaitez voir en priorité dans vos lunettes.

C’est pour ça que je trouve que c’est la meilleure combinaison. Sur votre compteur ou montre vous avez les données secondaires. Et dans les lunettes vous avez les données principales pour mener à bien votre entraînement/compétition avec le plus de précision possible.

Actuellement le data field est toujours en développement notamment sur l’affichage des écrans qui ne sont pas personnalisables. Il existe 3 écrans par défaut (que l’on ne peut pas effacer) et vous pouvez en ajouter 11.

Évolutions des ENGO

Programmées

  • Aide à la navigation ;
  • Un système de recharge par induction magnétique et via un connecteur magnétique ;
  • Paramétrage 100% personnalisé des champs de données ;
  • Coaching live via un bot ;

Ce que j’aimerais voir sur les lunettes ENGO

  • Amélioration de la navigation par le passage de la main. Il faudrait que les slides puissent se faire dans les deux sens ;
  • Dans la mesure où le capteur est sensible aux ombres, surtout si vous portez une casquette, l’écran change d’affichage sans effectuer aucun mouvement avec la main. Je pense que placer le capteur en bas des verres limiterait ce problème ;
  • Branches des lunettes plus longues et confortables et/ou interchangeables ;
  • Développer le widget data field pour qu’il puisse intégrer des données provenant d’autres data fields ;
  • Des verres qui puissent devenir polarisant si besoin ;
  • Un moyen de paramétrer une mise à jour manuelle ou automatique de l’application mobile, du logiciel des lunettes et de la configuration graphique ;
  • Le cercle des lunettes en demi-lune en bas et non en haut ;
  • Un clic optique pour ajouter des verres correcteurs ;

Ce que je rêve de voir sur ces lunettes ENGO

Maintenant que j’ai goûté à ces lunettes je ne peux que rêver des futures évolutions totalement folles comme par exemple :

lunettes engo futur
cette image n’est absolument contractuelle. Je l’ai inventé en utilisant plus images provenant du site ActiveLook et en utilisant des outils venant d’ailleurs comme la caméra et les écouteurs.
  • Une caméra intégrée à l’avant et à l’arrière ;
  • Écouteurs en son induction ;
  • Un IPX de 8 pour aller partout sans risque ;
  • Un micro ;
  • Gestion des appels téléphoniques avec une photo pour savoir qui appelle ;
  • Des conseils pour la gestion des efforts ;
  • Une stratégie de course qui s’adapte à votre forme et aux conditions météo ;

Ce que je pense au final des lunettes ENGO

Je trouve ces lunettes utiles sur plusieurs points que je vais vous donner par ordre d’importance :

  1. En vélo je gère les séances d’intensité en utilisant le capteur de puissance et avec les lunettes ENGO je n’ai plus besoin de regarder le compteur ;
  2. Avec le capteur Stryd relié à la montre Garmin et donc aux lunettes, la précision des mes allures mais également des données de puissance est beaucoup plus fiable.
  3. En VTT, le pilotage est primordial. Quitter la meilleure trajectoire à prendre pour regarder son compteur peut très vite devenir dangereux. Donc d’un point de vue sécurité, les lunettes sont très importantes, toujours si vous souhaitez surveiller quelques données pendant votre séance. Idem en course à pied où les bras sont importants dans l’équilibre mais aussi la propulsion du corps ;
  4. Je peux répartir l’affichage des données sur deux supports. Sur les lunettes je demande l’affichage des données qui vont me permettre d’optimiser mes répétitions et séries intensives. Et sur le compteur ou la montre j’affiche des données complémentaires pour surveiller le bon déroulement de la séance dans son ensemble ;
  5. Elles sont photochromiques et ce n’est pas négligeable de bien protéger ses yeux en sport. L’aération est également très bien conçue puisque je n’ai jamais eu de buée à l’intérieur ;
  6. En course à pied, lorsque ma montre est cachée sous un gant ou ma veste, je vois toujours les principales données via les lunettes ;
  7. Sur des entraînements spécifiques trail où j’utilise des bâtons, je surveille plus facilement le cumul du dénivelé. Regarder sa montre avec les bâtons c’est moins facile ;
  8. Je m’en sers également pour la marche pour gérer la distance, le chronomètre mais aussi l’altitude pour m’aider à me repérer.

Leave A Comment

Translate »
Email
YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Telegram