Spécificités

l’Enchaînement des disciplines

L’enchaînement des disciplines est l’essence même du triathlon. Optimiser son potentiel dans chacune d’elles est insuffisant. Il faut placer des séances d’entraînement dans un contexte d’enchaînement, même en hiver et pas seulement à l’approche de la période de compétitions car le changement d’habileté motrice dans un nouveau milieu environnemental provoque des perturbations d’ordres biomécanique, musculaire, physiologique et proprioceptif. Il est donc nécessaire de les maîtriser et de s’y préparer.

Les multi-enchaînements semblent la meilleure manière de se préparer aux transitions. Cela est surtout vrai pour les débutants car plus on acquière de l’expérience dans l’habileté de la transition et moins la nécessité de le travailler est importante. En effet, une séance de multi-enchaînements est assez exigeante. Le fait de répéter les mises en action dans des conditions proches de celles de courses aide incontestablement à aborder ces moments délicats aussi bien physiquement que psychologiquement. Pour cela, il faut effectuer, geste après geste, tout ce qui va se passer. Par exemple, dans un enchaînement vélo/course à pied, on peut utiliser le braquet que l’on utiliserait en compétition lors de l’épreuve vélo et repartir sans délai pour la course à pied. Inutile de faire des assouplissements durant ce genre d’exercice. Les enchaînements simples quant à eux sont d’excellentes séances de travail sur le plan physiologique puisqu’il est possible d’y intégrer des changements d’allure du type fractionné. Il est certain que l’addition des disciplines ne facilite pas la tâche ; les données énergétiques impliquent une gestion délicate de l’effort à laquelle il vaut mieux être préparé.

Les transitions

À venir…

Nager en eaux libre

À venir…

Vélo de triathlon

À venir…

Courir sur la fatigue

À venir…

 

Leave A Comment

Translate »
Email
YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Telegram