Témoignage : Stéphane Lippert, le déclic Ironman

triathlon embrunman

Triathlète de la première heure en France (1987/1988), je rêvais en regardant les reportages d’Hawaï.

La distance IRONMAN a été pendant très longtemps un mythe inaccessible car je ne m’imaginais pas pouvoir participer à de telles compétitions.
J’ai pourtant cotoyé Fabrice PORAS, triathlète et MNS à la piscine d’Amilly (Loiret) qui a participé aux Ironmans de ZURICH, de LANZAROTE, d’HAWAI (2 fois) qui m’encourageait à aller vers cette discipline.

Et puis je connaissais Yves depuis quelques temps sans pour autant le solliciter personnellement.

Le déclic à 44 ans passé.

J’ai commencé par un test d’effort en clinique (au préalable un électro-cardiogramme) et celui-ci a servi de base à la planification dans les différentes fréquences cardiaques.

Son approche a été ensuite, en fonction de ma vie de famille et de mes impératifs professionnels, d’établir des cycles de travail et des plans d’entraînements hebdomadaires.

Je recevais les informations en début de semaine et les restituaient en fin de semaine avec des annotations sur chacune des séances si nécessaire, mon état de forme, fatigue, sensations…

En fonction de tous ces paramètres, Yves ajustait les séances la semaine suivante.

Je bénéficiais d’un suivi personnalisé, je peux affirmer avoir progressé tant sur les trois disciplines que globalement (diététique, repos, gestion des séances, position sur le vélo).

Maître-nageur et coach, j’ai également pu apprécier ses conseils avisés au bord de l’eau.

Tout naturellement l’objectif : Embrun 2011, puis 2013, Challenge VICHY 2014.

Le pitch

Stéphane Lippert est un de ces triathlètes que je regarde avec des yeux remplis d’admiration. C’est d’abord auprès d’eux que je me suis forgé et que j’ai évolué dans cette pratique qui est le triathlon. Lorsque qu’il m’a été donné l’occasion de pouvoir coacher un tel athlète, ma réponse a été spontanément affirmative. Passé ce moment d’euphorie, il fallait se mettre au travail et lorsqu’une épine calcanéenne  est venue bouleverser la planification, cela à ajouté du piment et du challenge au défi à réaliser. Je suis fier d’avoir pu entraîner Stéphane Lippert et de l’avoir aidé à réaliser son premier Ironman ou plutôt l’Embrunman.

Leave A Comment

Translate »
Email
YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Telegram