Coaching sportif personnalisé
Citation du jour

À l’origine de toute gloire, il y a le fait d’avoir osé commencer

Après la finish line

finish lineLa finish line est désormais derrière moi. On me passe une belle médaille au cou. On me donne également une couverture de survie pour anticiper le refroidissement du corps. Je passe devant les photographes pour la postérité. Et je retrouve Caroline à la sortie de la zone d’arrivée. Un signe qui ne trompe pas sur le degré d’intensité de l’effort, c’est que l’on a mal partout une fois que tout est fini. Jusque là je pouvais ressentir la fatigue et d’éventuelles contractures, mais à cet instant précis, je peux à peine marcher. J’ai les jambes comme des bouts de bois, j’ai soif, j’ai faim et il me tarde de prendre une douche et de dormir un peu (beaucoup).

La finish line est aussi l’occasion de faire un premier bilan de la course :

  • J’aime le triathlon car même en passant une journée difficile, je pense déjà au prochain ;
  • La stratégie de course vélo était parfaite. Comme le montre le graphique ci-dessous, ma puissance du moment était égale aux puissances de mes récents records sur des temps supérieurs à 4h ;
  • Je suis vacciné sur les produits « miracles » en diététique, je reviens à ma méthode qui fonctionne et je ne suis pas prêt d’en changer ;
  • Le mental est fort mais je sens qu’il y a un petit quelque chose à faire en plus ;
  • Le programme de musculation de cette saison a porté ses fruits car je n’ai pas été limité musculairement ;
  • La souplesse est un de mes points faibles, je dois l’améliorer ;
  • Un Ironman made in America c’est top ;

puissance nolio

École d’humilité

Sur Ironman on peut s’entraîner du mieux que l’on peut, le plus petit maillon faible conditionnera toute votre course c’est pourquoi, sur une telle épreuve, chacun peut jouer sa carte.

Peu importe votre taille ou votre morphologie c’est avant tout une course contre vous-même et pour gagner il faut franchir cette finish line.

Vous pouvez vous entraîner 7 à 50 heures par semaine, si vous ne gérez pas votre course avec sagesse, vous prenez le risque de ne pas pouvoir finir.

Le mental, la diététique, la tactique, la gestion des événements extérieurs par l’anticipation et l’adaptation, tous ces aspects font partie de la course. Ne les négligez pas, tout comme le repos, et d’ailleurs c’est le moment pour moi de me ressourcer.

  • Reprise – Laissez-vous tenter par Marrakech ! 10 juillet 2020
    Après la période de crise sanitaire inédite, les épreuves devraient s’enchaîner (toujours en respectant les contraintes sanitaires). Entre les épreuves initialement prévues, les épreuves reportées, et les envies de bouger après être resté confinés, quelques perspectives s’offrent aux athlètes en mal de compétition.Si pour courir l’EmbrunMan, le triathlon du Lévézou , le triathlong de Royan (12 […]
  • Le triathlon de Gérardmer maintenu les 5 et 6 septembre 8 juillet 2020
    Les voyants sont au vert pour la 33e édition du Triathlon de Gérardmer, selon les organisateurs. Après un épisode épidémique sans précédent, le Triathlon vosgien fait le plein et 4600 concurrents se dépasseront lors d’un week-end festif au coeur de la nature vosgienne, les 5 et 6 septembre prochains. Les formats sont ouverts à tous, à l’exception […]
  • La Pontoise… en trio 26 juin 2020
    Course nocturne nature de 6 ou 13 km par équipe de 3, départ toutes les 15 secondes contre la montre, ambiance inédite à chaque édition. Limité à 175 équipes pour votre confort. L’article La Pontoise… en trio est apparu en premier sur Zatopek Magazine.