Coaching sportif personnalisé
Citation du jour

Frenchman triathlon XXL

frenchman triathlon xxlC’est la deuxième fois que je vais à Hourtin pour le triathlon XXL nommé le « Frenchman ». D’habitude je n’aime pas faire deux fois le même triathlon XXL ou Ironman car c’est l’occasion d’un voyage avec Caroline et de voir un nouvel endroit mais ce triathlon possède un degré d’accueil que je n’ai jamais vu ailleurs et surtout le club du J3 triathlon s’est déplacé en masse pour cet événement.

4h du mat

Mon réveil sonne, après 6h30 de sommeil je me sens en pleine de forme. Il faut dire que depuis le début de la semaine, entre mes nuits et les siestes, je cumule près de 10h de sommeil par jour. J’ai des fourmis dans les jambes et il me tarde de prendre le départ. Je suis toujours un peu lent au démarrage le matin, alors je préfère me lever en avance. Je me prépare doucement, je prends mon petit déjeuner classique, Caro m’aide pour coller le dossard auto-collant, me passe de la crème solaire dans le dos et me voilà prêt.

5h15 dans le parc

Je regonfle mes pneus (entre autres), je place mes bidons, mes ravitaillements solides, positionne mes chaussures de vélo directement sur les pédales et je me dirige vers les bus qui vont nous conduire vers la zone de départ.

Départ natation

À quelques minutes du départ j’ai le temps de prendre la température de l’eau et d’effectuer quelques mouvements de crawl pour l’échauffement. Les sensations sont bonnes, l’eau est agréable avec peu de vagues. Je profite de mon expérience d’il y a deux ans pour mieux me placer et c’est parti pour 3800m de natation avec pour commencer 3100m de ligne droite. Ce type de circuit n’existe nulle part ailleurs. Pour nager sans être gêné on peut difficilement faire mieux qu’au Frenchman triathlon XXL. Puis je tourne légèrement à gauche direction le port d’Hourtin avec le soleil en pleine face. Mais là encore j’ai anticipé car j’ai les lunettes qui vont bien. Je passe au plus court je nage vite et bien et malgré quelques petits zigzags je ne suis pas si loin de casser l’heure sur 3800m.

T1

Transition éclair, personne pour me gêner pour prendre mon sac. Compte tenu de l’emplacement des racks cela était envisageable mais l’avantage de sortir pas trop mal de l’eau est qu’il y a de la place pour circuler dans la zone de transition.

Vélo « flat and fast »

Dès le départ je me mets en action tout en respectant ma stratégie de course. Entre 191 et 210 watts et surtout rester calme pendant au moins 30 minutes pour me donner le temps de m’échauffer les muscles. Avec un vent légèrement dans le dos, la vitesse est bonne et les kilomètres défilent. Je me fais tout de même doubler très facilement par des avions de chasse. Le circuit vélo du Frenchman triathlon XXL peut se résumer ainsi : Longue ligne droite vent de face ou dans le dos puis un virage et on répète. Sur la fin c’est légèrement vallonné mais rien de bien méchant (si on a bien géré sa course).

T2

Là encore, comme j’ai parfaitement mémorisé mon emplacement du sac, tout va très vite. Une dame me donne gentiment de la crème solaire sur le haut du crâne. Les jambes répondent bien, signe que le vélo était bien géré et surtout que mon hydratation est correcte et je n’ai même pas faim.

Le marathon sous 32 degrés à l’ombre

Tout va bien

Le marathon d’un Ironman, c’est le paradis et l’enfer réunis en une seule épreuve. Je pars sur les bases que je me suis fixées sans difficulté. Je suis à l’écoute de mon corps (mais pas trop quand même) pour gérer cette chaleur. Le Frenchman triathlon XXL est un objectif majeur pour moi, et je dois savoir si, pour Louisville, je suis sur la bonne voie dans mes entraînements. Je parviens à tenir une bonne allure sur 21 kilomètres puis je ressens un première alerte de surchauffe. Pourtant je sue et j’urine toujours, donc mon niveau d’hydratation est correct. Simplement je vais trop vite sous cette chaleur et malgré mes quelques entraînements en sur-chaleur sur tapis et home trainer, ça ne suffit pas. Je dois donc ralentir un peu et je passe à 11 km/h sur 4 kilomètres.

Tout va mal

Arrivé au 25ème kilomètres, je me sens de nouveau super bien, je décide donc de repartir de plus belle. C’est là ma seule mais ma plus belle erreur de la journée ! Cette fois le corps ne m’envoie pas de signal d’alerte. Il me coupe les vivres car c’est le coup de chaleur qui arrive. Plus d’énergie disponible, comme ça je suis obligé de marcher pour éviter la sur-chauffe. Dans cet état le cerveau coupe absolument tout pour préserver les organes nobles (lui, le cœur et les poumons). Donc plus de force musculaire et plus de digestion. Je dois limiter l’apport hydrique et surtout solide pour éviter l’accumulation dans l’estomac. Je m’asperge un maximum pour me rafraîchir et cela me demande 4 kilomètres.

Tout va mieux

Ouf ça revient, je sens l’énergie revenir, je sens mes forces revenir aussi. Je reprends la course (comme un robot) timidement mais ça va de mieux en mieux. Je ne parviens pas à retrouver mon allure de début, mais 10,5 km/h c’est plus que bien. Après 10h52, je suis finisher de ce Frenchman triathlon XXL 2019, fatigué mais pas plus éprouvé physiquement.

Bilan

Je suis plus que satisfait de ma prestation. J’ai enfin bien nagé, j’ai respecté mon allure en vélo et cela m’a permis de bien courir. Mon dosage personnel pour les boissons et mon apport alimentaire fonctionnent toujours aussi bien. J’ai joué avec la chaleur mais je n’étais pas assez bien préparé pour y résister. Avec quelques degrés de moins, je parvenais à réaliser tous mes objectifs.

Axes d’améliorations pour Louisville :

  • Augmenter encore mon niveau à vélo ;
  • Il fera sans doute moins chaud, mais je dois tout de même plus anticiper.

Remerciements

Une organisation avec une très belle ambiance. J’ai pu constater que depuis deux ans, cet événement a pris un peu plus d’ampleur et cela se ressent surtout sur les autres courses où le niveau de sécurité vélo est limite. Heureusement les bénévoles et la Police présents ont assuré. Les ravitaillements sont top et même si je me répète, mais ils le méritent, les bénévoles sont aux petits soins pour nous.

Que dire de l’équipe du J3 triathlon présente tout au long de ce long weekend ? Tout simplement magnifique. Des triathlètes étaient présents sur toutes les épreuves avec un niveau d’engagement et de performances au top du top. C’est tellement motivant de savoir qu’il y a du monde pour vous encourager tout au long de votre épreuve et c’est tellement galvanisant d’encourager les autres. J’ai passé un merveilleux weekend !

Que dire de ma Caro, debout à 4h30 du matin, présente sur le parcours vélo un peu partout, présente sur le marathon, je pouvais la voir tous les 3 à 4 kilomètres, je ne sais pas combien de kilomètres elle a parcouru mais elle a bien dormi aussi.

5 réponses à

Frenchman triathlon XXL

Abonnez-vous à la newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 65 abonnés.

Sélectionner une ou plusieurs listes :

  • Felt X3 Courchevel – Au bon souvenir de Cédric Fleureton 19 août 2019
    A 45 ans, le vice-champion d’Europe de la discipline (2005, 2006) a toujours la « caisse ». Il a dominé son sujet devant une autre pointure, le Drômois Tony Moulaï, et Richard Sumpter. Le choc des générations ! Pendant que l’Isérois Dorian Coninx et le relais français remportaient le test-event pré-olympique à Tokyo à l’issue d’un sprint de […]
  • Triathlon L – Alpe d’Huez – Ryf et Guillaume font le show 26 juillet 2019
    Pour sa première visite à l’Alpe d’Huez, Daniela Ryf n’a pas déçu ! La triathlète suisse quadruple championne du monde Ironman s’est imposée sans jamais être inquiétée durant ce Triathlon L (2,2-118-20). Chez les hommes, c’est le Français Romain Guillaume qui a tiré son épingle du jeu dès la partie cycliste pour aller chercher la victoire. […]
Stats Google Analytics
Généré par GADWP