Coaching sportif personnalisé
Citation du jour

On-Running Cloud

On-Running CloudJe vous présente les On-Running Cloud, les chaussures montées sur des nuages ! Lorsqu’elles sont arrivées sur le marché, leurs semelles ressemblaient encore plus à des nuages mais ce système est fragile et l’usure rapide. La nouvelle version présente des « nuages » plus écrasés, la semelle gagne en résistance et donc moins d’usure.

Les On-Running m’intéressent car le constructeur annonce qu’elles possèdent deux systèmes qui permettent et facilitent la foulée vers l’avant du pied.

Tout d’abord le système « Cloudtec » : grâce à une arche sous le pied, on se retrouve à poser le pied vers l’avant.

L’autre système s’appelle le « Speedboard ». Il facilite une pose du pied comme si on était pieds nus.

Très franchement, j’ai voulu mettre à l’épreuve ces deux technologies !

Mais avant de vous parler de mon évaluation, revenons sur les autres caractéristiques de la On-Running :

  • Les chaussures sont équipées de lacets élastiques. On nous dit que ça « maintient parfaitement le pied ». C’est complètement faux ! J’ai rapidement retiré ces lacets pour en mettre des classiques. Comme j’ai pu réparer cette erreur, je ne dirai rien.
  • Avez-vous remarqué ces petites bandes de couleur sur le côté ? Oui, ce tissu qui fait le tour du talon et qui laisse penser que cela aide au maintien du talon. Ce bout de tissu ne sert à rien hormis augmenter le poids. Bon, je sais je chipote, mais quand je veux une paire de chaussures qui ont la classe je ne vais pas dans un magasin de running. Mais là encore, pas de panique, ça se retire très bien.
  • La stabilité est trop importante à mon goût, de ce fait la torsion de la chaussure est faible.
  • La semelle accroche très bien sur sol sec mais elle perd pas mal d’adhérence sur sol mouillé.
  • Les cailloux se coincent dans la semelle, malgré la coupe en forme de « V », si vous courez sur un terrain où il y a quelques cailloux, vous vous retrouverez avec une semelle beaucoup plus lourde.

Revenons à ma petite étude comparative où j’ai utilisé un myotest. Cet appareil enregistre les caractéristiques de la foulée d’un coureur comme sa longueur, la fréquence de pas, le déplacement vertical de notre centre de gravité, l’angle de décollage du corps lors de l’impulsion, le temps de contact au sol, etc. Même si cet appareil n’est pas parfait comme l’a démontré une étude sur Volodalen, le but ici n’était pas d’avoir des valeurs précises, mais bien de les comparer.

Pour démarrer mon expérience, j’ai tout d’abord couru avec les fivefingers KSO EVO car, avec ces chaussures, je me considère pieds nus. Cette mesure me servira de point de repère. Autre point de repère, c’est la vitesse. Je devais à chaque fois être aux environs de 12 km/h. Avec chaque paire j’ai réalisé 4*400m pour ensuite faire une moyenne des valeurs enregistrées.

Ensuite j’ai réalisé le test avec les Nomad TR qui sont des chaussures avec des semelles tout ce qu’il y a de plus classique et avec un drop de 4 mm.

Et enfin, j’ai testé les On-Running. Si tout va bien, je dois retrouver des valeurs proches de la course pieds nus… Vous pouvez télécharger le tableau de l’étude comparative juste en dessous.

Ce qui caractérise une course sur l’avant du pied et une course pieds nus c’est  :

  • La longueur de la foulée qui est réduite par rapport à des chaussures normales. Pieds nus ma foulée est de 112 cm alors qu’avec les Nomad TR et les On-Running je passe à 117,5 et 117 cm. Avec des semelles épaisses on se sent toujours plus en sécurité, cela nous pousse à allonger la foulée, donc là ce n’est pas bon, les On-Running ne m’ont pas permis de retrouver une foulée plus courte.
  • L’augmentation de la fréquence de pas. Avec les On-Running la longueur de ma foulée a augmentée et donc ma fréquence de pas a diminué pour pouvoir garder la même vitesse. Elle a diminué encore plus qu’avec les Nomad TR. Conclusion : encore une fois ce n’est pas bon.
  • C’est sur le temps de contact au sol que ça devient intéressant. Pieds nus j’ai un temps de contact de 187,5 ms. Avec les Nomad TR il augmente, c’est normal puisque les semelles me rendent moins réactif au sol, mais avec les On-Running mon temps de contact diminue énormément ! Donc là, oui les On-Running me rendent beaucoup plus réactif, je rebondis plus et cela n’est possible que si je suis sur l’avant du pied.
  • Le point précédent est corrélé avec l’amplitude de mon centre de gravité, mon coefficient de raideur et ma réactivité qui sont plus élevés avec les On-Running, tout est meilleur par rapport à la course pieds nus.
  • Cela va même plus loin puisque mon indice de régularité est meilleur et mon asymétrie est en baisse. Le risque de blessure est donc réduit !

Bilan, les On-Running apportent les mêmes protections qu’une chaussure classique et elles favorisent une pose de pied vers l’avant avec tout le dynamisme que cela apporte comme si vous courriez pieds nus mais en mieux. Et là vous allez me dire que c’est génial, et moi je vais vous répondre : eh bien non !

Depuis un moment maintenant, nous savons que les chaussures interfèrent dans le bon déroulement de la pose du pied au sol. En voulant bien faire, c’est à dire en protégeant nos pieds et voulant les aider malgré tout à nous faire courir comme si nous étions pieds nus, nos pieds sont devenus faibles et fragiles. En courant avec ces chaussures nos muscles vont se relâcher d’autant plus et nos tendons vont perdre en réactivité surtout avec un drop de 9 mm.

Vous pensez sans doute que c’est un mauvais choix de courir avec les On-running, je pense malgré tout le contraire. Même si je leur trouve beaucoup de défauts, je les garde pour la compétition. Je m’entraîne avec des chaussures classiques pour développer la proprioception de mes pieds, je renforce mes muscles, entretiens la souplesse et le dynamisme des mes tendons et lorsque j’ai une compétition, les On-Running décuplent encore plus tout le travail effectué en amont pour m’aider à mieux courir. Pour moi ce sont de bonnes chaussures, légères avec une bonne accroche, idéales pour la compétition.

  • Le prix = 129€ ;
  • Le poids = 195g (190g sans les bouts de tissu) en taille 43 ;
  • La souplesse en flexion = bonne ;
  • La souplesse en torsion = moyenne ;
  • Le drop = 9 mm ;
  • Semelles amovibles = oui ;
  • Bandes réfléchissantes = non ;
  • Pour quel type de terrain elles sont faites = dur et en compétition exclusivement.

Commentaires

commentaires

À vous la parole :
  • Grand Prix FFTRI – Aux Sables et à Poissy la 2e étape 18 juin 2018
    C’est dans le Nord que la 2ème étape du championnat de France des clubs s’est courue ce dimanche.Dans le site du bassin de commerce de Dunkerque, les triathlètes femmes, puis hommes, du Grand Prix de Triathlon ont d’abord nagé 750 mètres dans une eau à 18,5 degrés avant de parcourir 20 kilomètres à vélo sous […]
  • Doublé Français sur le XTerra Belgique 11 juin 2018
    François Carloni et Morgane Riou ont dominé l’épreuve de Namur, qui constituait la 6e manche du Tour européen XTERRA. Le Varois en profite pour prendre la tête du classement général de la série européenne. Les athlètes du XTERRA Racing Team by Organicoach ne pouvaient guère espérer meilleur week-end en Belgique. A l’occasion de la 6e […]
  • Plouf à Paris 16 juin 2018
    L'année dernière elle était sur le 2km, cette année ce fut le 5km de nage en eau libre. Lucile C. a réalisé une belle performance sur l'Open Swim Stars de Paris. Vous trouverez son classement dans la rubrique ''nos Triathlètes'' puis 'Les Résultats du club''.