L’entraînement à jeun

L’entraînement à jeûn

Au registre de la périodisation des glucides on retrouve l’entraînement à jeûn. Utilisé depuis des siècles pour améliorer les performances sportives l’entraînement à jeûn ou appelé aussi « carb-loading » peut convenir pour toutes séances de sport d’endurance. C’est sans doute une méthode que vous avez déjà entendu, lu ou même pratiqué sans forcément en être conscient.

S’entraîner à jeun suscite beaucoup de question en général comme par exemple :

  • Est-ce dangereux pour la santé ?
  • Peut-on se retrouver en hypoglycémie ?
  • L’hypoglycémie est-elle un problème ?
  • Quel est l’intérêt de pratiquer l’entraînement à jeun ?

Nous allons voir tout cela ensemble.

L’entraînement à jeûn à quoi ça sert ?

S’entraîner à jeûn est une façon de perdre du poids (en moyenne 500g à raison de 4 à 6 entraînements par mois) à des allures de l’ordre de 60-70% de sa VO2max et pendant 30 à 60 minutes.

L’objectif de l’entraînement à jeune est d’épuiser les réserves de glycogène afin que le corps puisse utiliser les graisses comme carburant. Une fois les niveaux de glycogène épuisés, votre corps entre dans un état de cétose. Dans cet état, votre foie produit des cétones comme source d’énergie. L’objectif ultime est de tirer la majeure partie de votre énergie des cétones et d’épargner les protéines musculaires qui peuvent être utilisées comme une source d’énergie très efficace. Cet objectif peut également être atteint par un processus appelé gluconéogenèse, dans lequel le foie utilise des substrats non glucidiques tels que le lactate, le glycérol et les acides aminés pour produire du glucose.

L’entraînement à jeune est une méthode qui permet à l’organisme de s’adapter à un apport calorique plus faible en diminuant progressivement l’apport calorique au fil du temps. Cela permet à l’organisme de s’adapter à un apport calorique plus faible et de devenir ainsi plus efficace dans l’utilisation des graisses développées et d’autres sources d’énergie. Cette pratique remonte aux civilisations anciennes. De nombreuses études ont montré que le dosage présente divers avantages pour la santé, notamment une perte de poids, une réduction du risque de cancer, une augmentation de la durée de vie et une réduction du risque de maladie cardiovasculaire.

Concernant la durée des entraînements

La pratique du jeûne alimentaire n’est pas limitée à une durée spécifique mais plutôt à une période de temps pendant laquelle aucune ou boisson n’est consommée. Cette période peut durer de 12 heures à 40 jours. En fait, le jeûne pendant de courtes périodes est considéré comme sûr pour les personnes en bonne santé.

Est ce dangereux de s’entraîner à jeûn ?

Attention toutefois à l’hypoglycémie, c’est pourquoi il est conseillé de prendre, la veille au soir, un repas glucidique pour éviter une destruction prématurée des protéines contractiles des muscles et tout risque d’affaiblissement du système immunitaire.

Vous ne devez jamais essayer l’entraînement à jeun si vous n’êtes pas en assez bonne santé pour faire de l’exercice, ou si vous n’en avez jamais fait. Pour être un bon candidat à l’entraînement à jeune, vous ne devez souffrir d’aucun problème médical connu, ni d’aucun autre facteur susceptible de nuire à votre santé. Vous devez également être en bonne forme physique et avoir fait de l’exercice régulièrement pendant au moins six mois avant de commencer ce type d’entraînement.

Si vous avez des antécédents de problèmes cardiaques ou d’hypertension, ce n’est probablement pas une bonne idée de faire un entraînement à jeune. Si vous avez subi une intervention chirurgicale au cours de l’année, l’entraînement à jeune ne vous convient probablement pas. Consultez votre médecin avant de vous lancer dans ce type de régime/entraînement.

Recommandations pour s’entraîner à jeûn

Durant la séance il ne faut pas oublier de s’hydrater avec une boisson au fructose pour maintenir un état de vigilance. Le fructose a la particularité de ne pas arrêter la consommation de lipide.

Il est conseillé de ne pas faire de séances lactique à jeun. L’équilibre acido-basique serait perturbé, l’harmonie des neurotransmetteurs rompue, par conséquent, on serait beaucoup plus fatigué physiquement et psychologiquement. De plus la coordination, la vigilance, la température et l’élasticité musculaire ne seraient pas à leur efficacité optimale, car cela pourrait entraîner des blessures.

Peut-on espérer des résultats avec cette méthode d’entraînement

Sources

  • Ultra performance, dépasser vos limites avec l’entraînement à glycogène bas du Docteur Fabrice Kuhn aux éditions Thierry Souccar ;

Leave A Comment

Coaching Triathlon, Duathlon, Swimrun, Bike and Run, Trail, Ultra Trail, marathon, 10km, 5km, semi-marathon... avec Tripassion

Coaching triathlon, natation, vélo, running, nutrition. Stage et plan d'entraînement personnalisé avec Finihser Triathlon. Coach diplômé, expérimenté et disponible
Translate »
Email
YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Telegram