Coaching sportif personnalisé
Citation du jour

Dolphin et triathlon

dolphinLe dolphin est une technique de déplacement propre au triathlon qui permet de se déplacer plus rapidement lorsque la profondeur de l’eau le permet.

Nous sommes plus rapides en courant, c’est un fait indéniable. Prenons simplement pour exemple l’actuel recordman du monde sur 25m nage libre qui n’est autre que Florent Manaudou. Il parcourt cette distance en 20″26 soit une vitesse de 8,88 km/h. Même en réalisant un footing, cette vitesse est à la portée de beaucoup de monde, surtout sur une telle distance.

Fort de ce constat il est normal de privilégier, dès que l’occasion se présente, le fait de poser les pieds au sol pour se déplacer plus rapidement. Durant un triathlon, plusieurs occasions permettent de courir plutôt que de nager : au moment du départ, au moment des sorties à l’australienne et à l’arrivée. Lorsque l’on approche de ces trois situations il arrive un moment où la profondeur de l’eau nous permet de poser les pieds au sol ;  toutefois, par expérience on sait également que courir dans l’eau n’est pas facile, cela peut même être moins rapide que de nager.

Il faut déterminer trois types de profondeur :

  1. Lorsque l’eau se situe sous les genoux : dans ce cas on peut courir dans l’eau plutôt que nager.
  2. Lorsque l’eau se situe au-dessus de la poitrine : dans ce cas, il est préférable de nager.
  3. Lorsque l’eau se trouve entre les genoux et la poitrine : c’est dans ce cas bien précis que l’on utilise le dolphin.

Dans le cas n°3, la profondeur de l’eau rend le déplacement en position debout difficile. Pour y parvenir il faudrait lever les genoux très haut ce qui est très épuisant à la longue. À cette profondeur on peut très bien nager, ce n’est pas un problème, toutefois si on cherche à être plus rapide, le dolphin permet un juste équilibre entre une propulsion avec les pieds qui touchent le sol et la nage. On combine alors les deux techniques par une succession de sauts qui prennent appui au sol que l’on enchaîne par un plongeon suivi d’une coulée, avec éventuellement une ou deux ondulations.

Cette technique a plusieurs avantages :

  • On se déplace plus rapidement.
  • Elle permet de passer au-dessus des vagues lorsque l’on effectue un départ triathlon en mer.
  • Cela permet de reposer les bras.
  • À la fin de la partie natation, cela permet de limiter l’effet d’étourdissement que l’on peut ressentir en sortant de l’eau car le fait de se servir de ses jambes favorise un déplacement du flux sanguin des membres supérieurs vers les membres inférieurs. Le passage d’une position horizontale à la position verticale est alors facilité.

Il y a néanmoins quelques inconvénients :

  • Il faut savoir plonger pour réaliser ce mouvement de dolphin sinon on enchaîne les plats.
  • Il ne doit pas y avoir trop de monde autour de vous car le mouvement des bras s’apparente beaucoup à la technique du papillon, et cette technique prend beaucoup de place.
  • Venez participer au BIG TEST TRIMAG 2020 ! 23 janvier 2020
    Moment de convivialité et de partage très prisé des lecteurs du mag’, le Big Test TRIMAG est de retour pour 2020, du 12 mars (au soir) au 15 mars ! C’est l’occasion rêvée de tester les dernières nouveautés Cyles et Combi Néoprène du marché, et de rouler et nager dans du matériel haut de gamme ! Pour […]
  • Rudy Von Berg – Programmé pour gagner 22 janvier 2020
    Rudy Von Berg a franchi un nouveau palier cette saison, confirmant tout son potentiel. Orienté sur le format Ironman 70.3, le belgo-américain prépare minutieusement, sereinement, et progressivement son arrivée sur le format Ironman. Sans brûler d’étapes et avec la tête sur les épaules. Avec en point de mire l’Ironman d’Hawaii, la course qui l’a toujours […]
  • La Beaujolaise 12,5° 27 janvier 2020
    Course festive en nocturne clôturant les fêtes du Beaujolais nouveau à Bavay, parcours urbain et sentier sur une boucle de 6,5km à parcourir 2 fois pour le 12,5km. L’article La Beaujolaise 12,5° est apparu en premier sur Zatopek Magazine.
Stats Google Analytics
Généré par GADWP