Coaching sportif personnalisé
Citation du jour

Sac Vest Light de chez Camp

sac de trail CAMPAprès avoir longuement cherché et essayé quelques sacs de trail je me suis enfin arrêté sur celui de chez Camp : le Vest Light. Retrouvez dans les détails les raisons de mon choix ici.

Comme indiqué lors d’un précédent post, il me fallait un nouveau sac de trail pour mes prochaines compétitions.

Je vais maintenant vous détailler mon ressenti quant à l’utilisation du sac de trail Vest Light de chez Camp.

 

 

  1. Son poids est de 328g, ce qui en fait certainement le sac le plus léger du marché ;
  2. Son prix est de 80€ ce qui en fait également le moins cher du marché ;
  3. Premier inconvénient de ce sac, mais sans gravité, est que ses bretelles ne sont pas spécialement confortables. Les coutures sont grossières et sans rembourrage. Comme je voulais du léger, on ne peut pas tout avoir. Il me faut donc ne jamais courir en trifonction ; tenue qui ne comporte pas de manches et qui laisse donc les épaules plus ou moins à nu. Dans ce type d’utilisation, les bretelles vous entailleront les trapèzes en moins d’une heure ;
  4. Pour les possibilités de réglages je vous laisse regarder la vidéo promotionnelle ci-dessous, elle est bien faite ;
  5. Concernant l’utilisation et le nombre de poches, idem, la vidéo est là pour cela ;
  6. Son volume de rangement est de 10 litres ce qui est parfait pour des trails allant jusqu’à environ 100km ;
  7. Sa capacité d’eau transportable peut aller jusque 3,5 litres car il y a la place de mettre une poche à eau de 2 litres et deux bidons de 0,750 litre sur chaque bretelle.
  8. Le sac est muni de deux systèmes d’accroche de bâtons et avec un peu d’entraînement on passe rapidement de 3′ à moins de 30″ pour réussir à les positionner correctement bâtons. Sur la vidéo, j’ai à peine forcé mais je suis déjà parvenu à descendre sous les 20″ pour ranger mes bâtons ;
  9. Il est équipé d’un sifflet et lorsque l’on est tête en l’air c’est bien pratique de savoir qu’il y a déjà ça de moins à prendre ;
  10. Il n’est pas équipé d’une poche de protection contre la pluie mais ça se trouve dans le commerce pour ajouter ce gadget si besoin;
  11. Comme indiqué plus haut, ce sac peut contenir une poche à eau, mais elle n’est pas vendue avec. Cela permet de choisir la poche que l’on souhaite y mettre ;
  12. On peut transporter deux bidons sur les bretelles, cela me permet de diversifier mes apports hydriques mais également de ne pas polluer tout mon volume. Petite anecdote lors du trail de Sens, lors d’un ravitaillement, j’ai effectué le remplissage d’un seul bidon. L’eau que l’on m’a donnée sentait le produit chimique, celui que l’on peut sentir lorsque l’on passe près d’un champ qui vient d’être traité à je ne sais quoi. Tout simplement infecte, heureusement pour moi, un seul petit bidon était « contaminé » ;
  13. Le sac est équipé de bandes réfléchissantes, visiblement pas assez pour les contrôleurs d’avant course, mais il est muni de petites accroches ici et là, ce qui permet de fixer des bandes réfléchissantes supplémentaires ;

 Spécificité(s) et astuce(s) :

Le sac est vendu avec des bidons souples, très pratiques pour les ranger n’importe où mais qui ne tiennent pas dans les poches sur les bretelles à moins d’utiliser le système de serrage. Vous allez me dire : mais pourquoi ne pas utiliser ce système de serrage puisqu’il est là ? Car je ne le trouve pas pratique au desserrage et pour avoir expérimenté un coup de moins bien sur trail je vous assure qu’un rien peut vous gâcher la vie si ce n’est pas pratique à la base. Je vous recommande donc l’utilisation de bidons semi-rigides ou de bidons anatomiques. Leur maintien sur les bretelles sera parfait sans avoir besoin de serrage.

Une astuce pour ce sac consiste à venir coincer la ficelle de serrage des bâtons dans la première poche haute de la bretelle gauche ; ce qui vous permettra de ne pas avoir à resserrer continuellement les bâtons contre le sac. En effet le système de frein pour maintenir les bâtons en place n’est pas assez fort, ce qui peut se comprendre, sinon la ficelle serait rapidement endommagée, toutefois cela ne garantit pas un serrage optimal et en quelques pas les bâtons se retrouvent à ballotter dans votre dos et ils viennent régulièrement vous cogner la tête. Je vous laisse imaginer cette situation en compétition… En coinçant la ficelle dans la poche équipée d’une fermeture Éclair, cela empêche la ficelle de se relâcher et les bâtons ne bougent plus ou presque. Malheureusement les nœuds sur la ficelle ne sont pas assez nombreux, en en ajoutant un sur la ficelle de serrage les bâtons sont beaucoup mieux maintenus et plus rien ne bouge. Attention de ne pas oublier d’ouvrir la poche lorsque vous voudrez vous servir de vos bâtons car une fois la ficelle enfermée dans la poche il ne vous sera plus possible de desserrer le frein de la ficelle. Un  détail que vous intégrerez vite.

Commentaires

commentaires

À vous la parole :
  • Il y a 40 ans, naissait le 1er Ironman 16 février 2018
    Le 18 février 1978, sur l’île d’Hawaii, 15 hurluberlus de l’US Navy tentaient un triptyque qui allait devenir – sans le savoir – l’un des mythes du sport d’Endurance : l’Ironman. La légende veut que la distance mythique telle qu’on la connaît actuellement (soit 3,8km de natation, 180km de vélo et un marathon pédestre) est née […]
  • CM Le Cap – La saison internationale démarre déjà ! 9 février 2018
    La saison internationale redémarre ce week-end avec déjà une première épreuve du circuit coupe du monde au programme. Cela se passera dimanche au Cap, en Afrique du Sud comme l’an passé.   Evidemment, bon nombre de triathlètes du top 50 mondial, dont ceux de l’équipe de France, ont choisi de faire l’impasse sur ce premier […]
  • Montagneuse 27 janvier 2018
    Le J3 Triathlon démarre l'année 2018 sur le trail de la Montagneuse sur le parcours de 16 kilomètres avec au départ Xavier A., Sylvain D., Mathieu D., Philippe J., Frédéric L. et Maxime D.. Vous pouvez retrouver leurs résultats dans la rubrique ''nos Triathlètes'' puis ''Les résultats du club''.