Coaching sportif personnalisé
Citation du jour

Pure Grit 4 de chez Brooks

Chaussure Pure Grit 4 de chez Brooks

Après quelques kilomètres avec les Pure Grit 4 et pour faire une suite de la première vidéo, je vous donne mon ressenti sur ces chaussures de trail.

Comme je le présentais au départ, la semelle rigide m’empêche de bien ressentir le sol et cela malgré des encoches pour faciliter la flexion de l’avant de la chaussure.

Pour des chaussures de trail je trouve les crampons un peu light, du coup, sur terrain boueux, elles n’accrochent plus vraiment.

La rigidité de la semelle rend les crampons totalement inefficaces sur sol dur comme le bitume. La semelle n’accroche rien et les chaussures se transforment en véritable patin à glace sur un sol dur et mouillé.

La bande de maintien qui traverse la largeur de la chaussure m’a comprimé les pieds. Au bout de quelques kilomètres je commençais à ressentir des picotements. Le sang avait du mal à passer. Vu la rigidité de la chaussure je me demande si cet élastique est bien nécessaire car le pied est déjà bien maintenu.

Les chaussures ne sont pas étanches, d’ailleurs pour pallier à ce défaut, la pose de guêtres serait fort utile. L’ennui est qu’il n’y a pas de petit anneau pour fixer la guêtre. Pour des chaussures de trail je trouve cela dommage.

J’avoue être déçu par les Pure Grit 4 mais cela est sans doute dû au fait qu’elles ne sont peut-être pas adaptées à mes pieds. Ou parce que j’en attendais beaucoup au départ compte tenu de tout ce que j’avais pu lire sur ces chaussures. Quoi qu’il en soit, je m’en sers uniquement sur terrain sec et sur de petites distances.

Bilan

  • Le prix = 120€ ;
  • Le poids = 280g en taille 43 ;
  • La souplesse en flexion = faible ;
  • La souplesse en torsion = très faible ;
  • Le drop = 4mm ;
  • Semelles sont amovibles = oui ;
  • Bandes réfléchissantes = oui ;
  • Pour quel type de terrain elles sont faites = sec.

Customisation Pure Grit 4

 

Vous avez sans doute pu ressentir ma profonde déception sur cette paire de chaussures.

Alors que je réfléchissais au moyen d’améliorer le principal problème de ces chaussures, à savoir les élastiques de maintien du pied, je me suis rappelé ce que m’a dit un jour un prof : « Et si j’éliminais le problème plutôt que chercher à le régler… »

Attention, n’allez pas croire qu’il faut systématiquement éliminer tout ce qui vous pose problème. Bien sûr que non. Mais en l’occurrence, que ce passerait-il si je retirais les élastiques ?

Après réflexion, je me suis dit que ça ne serait pas pire finalement. J’ai donc saisi ma paire de ciseaux et un cuter.

J’ai d’abord coupé en deux l’élastique d’une chaussure et j’ai testé la différence que cela pouvait produire sur mon pied.

Le résultat est sans appel ; c’est beaucoup mieux !

Afin d’améliorer l’esthétique, à l’aide du cuter, j’ai réalisé une petite incision à la base du tissu de protection du guide de cette bande élastique afin de pouvoir le couper à la base et ainsi le retirer complètement. Même si l’incision doit être réalisée avec finesse pour ne pas trouer la chaussure, rassurez-vous si vous n’y parvenez pas, de toute façon ces chaussures ne sont pas très étanches à la base, donc pas de remords. Faites toutefois attention à ne pas percer vos chaussures car vous pourriez alors engendrer un point d’usure qui se détériorerait vite.

Après cette opération, un petit détail sympathique est que vous aurez allégé la paire de chaussures de 5,87 grammes.

Une fois libéré de cette contrainte, je peux désormais apprécier ces chaussures à condition de rester sur des chemins pas trop boueux, relativement sec et loin des herbes hautes mouillées.

Abonnez-vous à la newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 59 abonnés.

Sélectionner une ou plusieurs listes :

  • Felix Duchampt va courir sous le drapeau roumain 29 mars 2019
    Comme Olivier Marceau il y a une quinzaine d’années (passé en Suisse), ou Aurélien Lescure plus récemment (passé en Turquie), le Français Félix Duchampt a décidé de changer de nationalité, afin de pouvoir courir davantage sur le circuit mondial de triathlon courte distance, et, pourquoi pas, se qualifier pour les prochains JO de Tokyo, en […]
  • UltraSwimrun-Alps – Un défi gargantuesque 27 mars 2019
    Aucun chronomètre mais un but commun pour la cinquantaine de binômes attendus les 27 et 28 avril prochain au départ du lac d’Aiguebelette : rallier ce lac proche de Chambéry, à Talloires, sur les berges du lac d’Annecy, et devenir « Ultra mountain swimrunner ». Un « retour aux sources » voulu par son concepteur Jean Christophe Bastiani, avec ce […]
  • Marathon vert 14 avril 2019
    Dimanche 14 avril il y avait à Maisse un marathon un peu moins célèbre que celui de Paris. Le trail de 42km du Lièvre et la Tortue où l'on pouvait retrouver Yves T. Il a fini en 3h48'10". Pour plus de détails vous pouvez vous rendre sur sa fiche perso dans le ''Trombinoscope''.
Stats Google Analytics
Généré par GADWP