Coaching sportif personnalisé

Tests de Ruffier et Dickson

ruffierLes tests de Ruffier et de Dickson permettent de connaître rapidement son niveau forme. On peut réaliser ce test n’importe quand et n’importe où en mesurant la fréquence de son pouls avant un effort, immédiatement après l’effort, puis après une phase de récupération.

Test de Ruffier

Pour commencer, prenez cinq minutes de repos, assis ou couché, vous prenez votre pouls avec un cardiofréquence-mètre ou en comptant vos pulsations sur 15″ et en multipliant le résultat par 4. Cette première mesure est appelée P0.

Puis vous faites 30 flexions / extensions en 45″ où les pieds doivent rester à plat au sol. Par ailleurs vous ne devez prendre aucun appui pour vous aider, et le mouvement de flexion / extension doit être complet (squats complets). La respiration est libre mais sans être bloquée ou amplifiée. Dès que le test terminé on se replace dans sa position de départ (assis ou couché) et on prend la mesure de son pouls nommée P1.

Enfin, refaites une mesure après 1 minute de repos ; ce pouls s’appelle PL. Il suffit ensuite d’appliquer la formule de Ruffier ci-dessous (je vous recommande d’utiliser un cardiofréquencemètre afin d’éviter toute erreur  de calcul) :

Indice Ruffier = (P0 + P1 + PL) – 200 / 10

Si l’indice de Ruffier est compris entre :

  • ]-∞ ; 0] = Très bonne adaptation à l’effort
  • [0 ; 5[ = Bonne adaptation à l’effort
  • [5 ; 10[ = Moyenne adaptation à l’effort
  • [10 ; 15[ = Insuffisante adaptation à l’effort
  • [15 ; 20[ = faible adaptation à l’effort

Test de Dickson

Le test de Dickson est en tout point identique au test de Ruffier. C’est simplement l’équation qui diffère, les résultats peuvent donc changer. Celle-ci limite l’influence de « l’effet » test sur la fréquence cardiaque de repos. Un athlète plus ou moins émotif peut avoir une fréquence cardiaque plus élevée que d’habitude et ainsi fausser le résultat dans le test précédent.

Indice Dickson = ((P1-70) + 2(PL-P0))/10

Si l’indice de Dickson est compris entre :

  • ]-∞ ; 0] = Excellente adaptation à l’effort
  • [0 ; 2[ = Très bonne adaptation à l’effort
  • [2 ; 4[ = Bonne adaptation à l’effort
  • [4 ; 6[ = Moyenne adaptation à l’effort
  • [6 ; 8[ = Faible adaptation à l’effort
  • [8 ; 10[ = Très faible adaptation à l’effort
  • [10 et plus[ = Mauvaise adaptation à l’effort

Points communs

Après un travail foncier, la fréquence cardiaque de repos peut baisser légèrement. P0 doit donc diminuer.

Une récupération est rapide après ce type d’effort si le rythme cardiaque redescend nettement au bout d’une minute de façon à ce que PL ne dépasse pas P0 + 10.

Touche personnelle

Selon moi, un test n’est utile que si la lecture du résultat est facilement compréhensible. En l’occurrence ici, il faut mémoriser ou toujours avoir sur soit le tableau qui permet de connaître son état de forme. Personnellement j’aime bien travailler avec des pourcentages. Il devient alors facile de voir si on est plus près de 100%, donc en bonne forme, ou si on s’éloigne du 100%.

À l’aide d’un graphique en forme de jauge, le résultat est encore plus parlant. J’utilise donc ma propre équation, avec comme point de départ, l’équation de Dickson. Deux raisons à cela. Tout d’abord, elle limite l’influence d’une éventuelle fréquence de repos élevée. Et aussi, car elle est très facilement modifiable pour obtenir un résultat sous forme de pourcentage.

Comme vous pouvez le constater, en retirant simplement la division par « 10 », on obtient déjà un résultat plus parlant.

Indice Dickson Perso = (P1-70) + 2(PL-P0)

Toutefois le résultat est inversé. En effet, plus on se rapproche du zéro et mieux c’est. Je souhaiterais l’inverse. En soustrayant l’ensemble de l’équation ci-dessus à « 100 », j’obtiens ce que je veux.

Indice Dickson Perso = 100 – ((P1-70) + 2(PL-P0))

  • ]100% et plus] = Excellente adaptation à l’effort
  • [80% ; 100%[ = Très bonne adaptation à l’effort
  • [60% ; 80%[ = Bonne adaptation à l’effort
  • [40% ; 60%[ = Moyenne adaptation à l’effort
  • [20% ; 40%[ = Faible adaptation à l’effort
  • [0% ; 20%[ = Très faible adaptation à l’effort
  • [0% et moins[ = Mauvaise adaptation à l’effort

Exemple

Prenons un athlète qui possède une fréquence de repos « P0 » de 45 pulsations par minute après 5 minutes au calme.

Après ces 30 squats en 45″, sa fréquence cardiaque est de 95 pulsations par minute « P1″.

Une minute plus tard, celle-ci est redescendue à 50 pulsations par minute « PL ».

Indice Dickson Perso = 100 – ((95-70) + 2(50-45)) = 65%

Cet athlète possède une bonne adaptation à l’effort.

Pour finir, voici une démonstration avec un graphique pour interpréter le résultat :

Commentaires

commentaires

À vous la parole :
  • Un triathlon L à Marseille en 2018 10 novembre 2017
    Pour l’édition 2018 du Triathlon de Marseille qui aura lieu les 21 et 22 Juillet prochain, 3 épreuves seront possibles, dont une nouvelle épreuve Longue distance. Sur ce format L, programmé le 22 juilet, vous débuterez par 3km de natation sur les plages du Prado avec une sortie à l’australienne, pour ensuite parcourir 80km de […]
  • Mondiaux XTerra – Fleureton 5e et meilleur Français 30 octobre 2017
    Le Sud-Africain Bradley Weiss et Flora Duffy, des Bermudes, ont remporté hier les 22e Championnats du monde Xterra disputés à Kapalua, sur l’île hawaienne de Maui. Côté Français, le vétéran Cédric Fleureton, 10 ans après avoir stoppé sa carrière de triathlète, a terminé 5e du scratch. Brice Daubord termine 9e au scratch. Plus de 800 […]
  • Finir l'été en beauté 29 août 2017
    C'est bientôt la fin de l'été et pour cette occasion vous avez été nombreux et nombreuses à réaliser de très beaux triathlons. Retrouvez les résultats des triathlons de Vichy, Passy et du lac du Der dans la rubrique ''nos Triathlètes'' puis ''Les résultats club''.